A quelle adresse doit-on t'envoyer notre ebook sur la PRISE DE MUSCLE ?

Accueil » Articles » Entraînement » La série unique en musculation

La série unique en musculation




Le saviez-vous ? SuperPhysique est aussi une e-boutique qui vous propose de nombreux accessoires de musculation (élastiques, sangles, ceinture de force, rouleau de massage, bandes de poignet...), des vêtements et les meilleurs compléments alimentaires (gainers, protéines, boosters, BCAA, créatine...). Nous avons expédié plus de 46 000 colis à plus de 15 000 clients depuis 2012. En savoir plus

Depuis les origines de la musculation que nous avons étudiées en tant que passionnés, nous avons pu constater que revenait régulièrement sur le devant de la scène la question de l’efficacité de la série unique en musculation.

Tantôt adulée, tantôt décriée, nous vous proposons aujourd’hui de faire le point une fois pour toutes sur cette “technique” de musculation.

1 – Concrètement, c’est quoi la série unique en musculation ?

Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de réaliser une série par exercice et par muscle 1 à 3 fois par semaine.

C’est le protocole régulièrement utilisé dans les études scientifiques mettant en avant l’efficacité de celle-ci contre un entraînement plus classique de 3 à 5 séries par exercices.

Un exemple de programme en série unique pourrait être le suivant après échauffement :

Développé couché : 1 série de 8 à 12 répétitions
Rowing barre à la Yates en pronation : 1 série de 8 à 12 répétitions
Développé avec haltères (deltoïdes) : 1 série de 8 à 12 répétitions
Curl incliné : 1 série de 8 à 12 répétitions
Barre au front avec barre EZ : 1 série de 8 à 12 répétitions
Presse à cuisses : 1 série de 8 à 12 répétitions
Leg curl allongé : 1 série de 8 à 12 répétitions
Mollets assis : 1 série de 8 à 12 répétitions
Crunch sur Swiss Ball : 1 série de 8 à 12 répétitions

Un FullBody classique avec un volume d’entraînement réduit.

2 – Aux origines de la série unique en musculation

L’entraînement à faible volume d’entraînement a commencé à voir le jour dans les années 1970 sous l’impulsion d’Arthur Jones, inventeur du HIT (High Intensity Training).

Il ne s’agissait pas encore de ne réaliser qu’une série par exercice et par muscle mais ces disciples ont poussé le concept de plus en plus loin en commençant par le défunt Mike Mentzer, inventeur du Heavy Duty pour qui tout le monde était surentraîné.

Une fois que la lumière était allumée, il était inutile de continuer d’appuyer sur l’interrupteur dixit Mike (sic) ce qui justifiait l’utilisation d’une seule et unique série poussée le plus loin possible, au delà de l’échec, en utilisant toutes les techniques d’intensifications possibles (répétitions forcées, séries dégressives, superset, répétitions partielles...).

Mais c’est surtout Dorian Yates, Monsieur Olympia pendant 6 années consécutives dans les années 1990 qui popularisa cette technique d’entraînement à la seule et unique différence qu’il s’entraînait en Split classique avec plusieurs exercices par muscle.

Ainsi, sa séance pour les pectoraux et les biceps ressemblaient à ça :

- Développé incliné : 8 répétitions à 190 kg
- Développé incliné à la machine convergente : 6-8 répétitions à 160 kg.
- Ecarté incliné : 6-8 répétitions à 50 kg
- Ecarté à la poulie vis à vis haute : 10-12 répétitions à 40 kg

- Curl incliné : 6-8 répétitions à 35 kg
- Curl à la barre EZ : 6-8 répétitions à 65 kg
- Curl au pupitre à la machine à un bras : 6-8 répétitions à 55 kg

Cela sans compter ses séries d’échauffement qui feraient office de séries de travail pour le commun des mortels que nous sommes.

Nous étions donc encore bien loin de ce qui nous est proposé depuis le début des années 2000.

3 – Avantages de la série unique en musculation

Depuis, la série unique par muscle et par exercice a été popularisée par la “science” et nous devons bien avouer qu’il y a des avantages à la pratiquer.

Le premier est le gain de temps. Fini de passer des heures à la salle de musculation, surtout si on s’entraîne en Half-Body ou en Split, la séance dure moins de 45’ échauffement compris (la partie la plus longue de l’entraînement désormais).

D’autre part, on risque moins de se blesser, en théorie, car le volume d’entraînement est faible. On récupère aussi plus vite de ses “efforts”.

Cela peut donc être intéressant si on est un sportif pratiquant la musculation en complément de son activité principale pour se renforcer.

Enfin, l’entraînement s’en retrouve simplifié et l’on n’a plus à se poser de questions sur combien de séries il faut faire pour chaque muscle, la réponse étant toute trouvée : 1 seule et unique série.

4 - Les inconvénients de la série unique musculation

Malheureusement, la série unique a plusieurs inconvénients.

Facteurs nerveux

Le premier est d’ordre “nerveux”. Lorsque nous nous entraînons, à force de répéter nos exercices, nous intégrons ceux-ci à notre mémoire, nous les rendons progressivement de moins en moins dépendants de notre réflexion. Autrement dit, nous les automatisons.

En langage sportif, on parle d’apprentissage moteur qui dit d’ailleurs que la réflexion empêche l’action. C’est pourquoi plus on répète un geste et plus on devient efficace, moins on disperse son “énergie”.

Mais ce n’est pas tout. A force de répéter ces gestes, nous améliorons ce que l’on appelle notre synchronisation intra et intermusculaire. C’est-à dire que nos muscles vont mieux se coordonner entre eux pour se contracter au moment pour réaliser l’exercice avec plus d’efficace.

Ce phénomène se passe également au sein de nos muscles et on parle alors de coordination des unités motrices.

Ces apprentissages n’en finissent jamais et vous pouvez d’ailleurs vous en rendre compte en regardant un pratiquant confirmé faire ses exercices, on dirait qu’ils sont “guidés” comme s’ils se trouvaient dans une Smith machine à l’inverse d’un débutant qui va “bouger” dans tous les sens.

Plus on répète, plus on apprend.

Facteurs hormonaux

Le deuxième est d’ordre hormonal. Nous avons discuté dans notre article sur les 3 facteurs de l’hypertrophie musculaire de l’importance du stress métabolique.

Lorsque l’on ne fait qu’une série par muscle, nous manquons clairement de stress métabolique, d’un signal suffisant pour déclencher des secrétions endocrines mais surtout paracrines et autocrines par nos muscles eux-mêmes.

Par exemple, on sait que nos muscles sont capables de produire leurs propres hormones de croissance locale mais à condition que cela “brûle”. Comment y arriver avec une seule et unique série de 8 à 12 répétitions en comparaison avec un entraînement de musculation en séries multiples ?

Les signaux ne peuvent être que plus faibles. On se prive donc d’un facteur important de progression.

Enfin, plus concrètement, la notion de marge est très importante notamment si vous utilisez des cycles de progression pour prendre du muscle.

Le nombre de séries est un facteur à réguler, une marge de manœuvre sur laquelle jouer au fur et à mesure que vous allez avancer dans votre cycle de progression.

Par exemple, si vous commencez votre cycle avec 5 séries de 10 répétitions sur un exercice poly-articulaire et que vous commencez à “coincer”, vous aurez la possibilité de commencer par enlever une série pour continuer à progresser, puis une autre. (Je ne vous conseille pas de faire moins de 3 séries par exercices).

Mais si vous ne faites qu’une seule série et en plus en forçant le plus que vous pouvez, vous n’aurez aucune marge de manœuvre pour modifier votre cycle de progression.

C’est pourquoi nous sommes également contre le fait d’aller à l’échec si celui-ci peut être évité pour progresser de séance en séance afin de garder toujours une marge, ne serait-ce que minime pour pouvoir continuer à progresser tout en n’entachant pas notre confiance en nous à faire mieux à la séance suivante.

“La réussite entraîne la réussite. L’échec entraîne l’échec”.

5 – Que penser des études scientifiques sur la série unique en musculation ?

On est en droit de se poser des questions sur la véracité de ces études scientifiques qui montrent la supériorité ou du moins l’égalité de la pratique de la série unique versus la pratique de la série multiple d’un point de vue des progrès en masse musculaire et en force.

Plutôt que de répéter “bêtement” les conclusions des études, intéressons-nous à ce qui y est dit la majorité du temps.

Ces études sont réalisées avec un nombre de personnes réduits (10 à 20 personnes) pendant un temps limité (6 à 12 semaines) avec des sédentaires (jeunes ou très âgés) et sur des exercices d’isolations tel que le leg extension.

L’augmentation de la masse musculaire n’est que très rarement mesurée et on se concentre alors sur l’amélioration des performances sur les exercices utilisés.

Posons-nous désormais cette question :

Est-ce que 10 à 20 personnes n’ayant jamais réellement pratiqué la musculation de façon sérieuse s’entraînant pendant 6 à 12 semaines (court terme) sur des exercices ne nécessitant aucun apprentissage moteur est représentatif des pratiquants de musculation que nous sommes ?

Surtout quand on sait que lorsque l’on débute, on progresse pratiquement quoi qu’on fasse car on part de 0.

Que dire également de l’utilisation d’exercices d’isolations et/ou sur machines dans ces études ? Qu’il ne nécessite effectivement aucun ou presque apprentissage moteur ou amélioration de la synchronisation intra et intermusculaire ce qui n’est que peu comparable à notre pratique.

Et même si une étude montrait que cela marchait sur le court terme sur des pratiquants confirmés, nous savons tous que sur quelques semaines, tout est possible. Cela dépend d’un grand nombre de paramètres tels que, par exemple, l’entraînement suivi dernièrement qui aurait pu contenir trop de volume (surentraînement). Dans ces conditions, évidemment qu’en faire moins pendant un moment permet de récupérer et de surcompenser.

6 – La série unique en musculation, on oublie ?

Malgré tout, la série unique peut fonctionner dans certaines conditions, notamment en fin de cycle de progression lorsque l’on recherche la performance, une progression sans corrélation avec des progrès en masse musculaire.

Je l’utilise personnellement de temps en temps mais aussi avec les pratiquants de Force Athlétique que j’entraîne une fois que la base a été faite et que l’on se trouve à 8-10 semaines de la compétition sans oublier justement quelques séries plus légères ensuite pour ne pas perdre “nerveusement”.

La série unique ne peut donc être la base de votre entraînement en musculation si vous désirez progresser sur le moyen et long terme.

La base reste de réaliser 3 à 5 séries par exercice et d’en réaliser plusieurs par muscle dans la plupart des cas (voir l’exception de mes triceps).

Il est inutile de chercher des raccourcis, ceux-ci n’existent pas quand on est un pratiquant naturel, c’est-à-dire qu’on ne prend pas de produit dopant.

A l’instar de la table de Prilepin pour l’haltérophilie et la force athlétique, nous avons réalisé la Table SuperPhysique afin de vous indiquer le nombre de série à réaliser en fonction du nombre de répétition et de l’intensité à laquelle vous vous entraînez (défini ici par le pourcentage de votre maxi) afin que vos progrès en force soient corrélés à vos progrès en masse musculaire. Vous pouvez la retrouver ici.

Enfin, si vous désirez en savoir plus sur les cycles de progressions, nous vous invitons à regarder ces vidéos.

Bon entraînement à tous,

Partagez cet article :

Notez-le !

 
  • Currently 5/5 Stars.7

Prise de muscle     Prise de muscle     Développé couché

Discussions en relation sur les forums SuperPhysique
4 commentaire(s)

jérôme

Salut à tous, j’ai tenté la série unique et j’en suis peu convaincu. Je l’ai pratiqué à hauteur de deux à trois fois par semaine en full body et avec des séries de 15 à 20 répétitions et cela pendant 2 ans. C’est vrai que j’étais moins fatigué mais la progression était super lente. En comparaison, je suis le programme de Street qu’il a exposé dans le pdf gratuit disponible sur superphysique : split sur 3 jours par semaine et par groupe musculaire. Cela fait maintenant 4 mois que je suis ce programme et je peux vous dire que les résultats sont là. Au début j’ai commencé à ne pas prendre de suppléments tel que le carbonox ou des bcaa mais j’ai très vite déchanté. Dès que je les ai pris j’ai pu venir au bout de mes sessions sans être trop sur les genoux. J’ai suivi les conseils et cela fonctionne (étonnant non ?).   Je m’étais fondé sur les conseils qu’on peut trouver sur le site de Pascal Prévost (prevost.pascal.free.fr). C’est lui qui a rédigé le livre La bible de la préparation physique. Tout cela pour dire que La série unique c’est bien mais il ne faut pas être pressé. Je pense que c’est une bonne technique pour être en bonne condition physique mais pas pour faire de la musculation telle qu’exposé sur superphysique. Bien à vous, continuer votre excellent boulot. J.

Rudy Coia

Willism : Je déconseillerais cela. Jordan : Pourquoi pas si ca marche actuellement :)

Jordan

Salut à tous, Super article, depuis octobre je pratique la série unique un peu comme Yates mais avec des dégressives pour que le stress métabolique soit présent. Mais je ne la pratique que temporairement car ma vie d’étudiant me crève… Et série unique ou pas, je suis toujours la logique de progression de superphysique. Pour compléter les points positif décrits dans l’articles, on peut dire que en sacrifiant un peu de stress métabolique ou rajoute plus de tension mécaniques, car on soulève plus en 1 série que en 3… Pour maximiser le stress métabolique, je fais une série de 20-30 en fin d’échauffement avant la série, puis 30 seconde après j’enchaine ma série unique que je dégresse sans jamais forcer à l’echec. Seule la progression compte ! Et pourquoi pas rajouter un exercice par muscle…

Willism

Salut Rudy, Il y donc beaucoup plus d’inconvénient que davantage ceci dit dans un but de prévoir l’avenir cette méthode peut elle s’introduire dans nutr routine ? Je m’explique Exemple: dans ma séances je fais du tirage Poitrine 4x10 mais je ne suis pas capable de réalisé 4x10 traction mais 1x10 Serait elle une bonne méthode d’introduire la série unique sur les traction en progressant dessus bien évidement puis le hours ou j’atteind un bon niveau au tirage Poitrine de repasser au traction ? Dans le but de prévoir un futur passage du tirage poitrine au traction ?

Ajouter un commentaire

Votre nom / prénom :



Votre email (non affiché) :




Se souvenir de mon nom/pseudo et email



Recopiez le mot de l'image  :

Rudy Coia
est coach perso musculation et de diététique depuis 2006 et co-fondateur du site SuperPhysique. Il a coaché avec succès des centaines de pratiquants.
//www.rudycoia.com

SuperPhysique vous recommande

Mes secrets pour sécher

SuperPhysique vous conseille

Musculation : une série unique pour de multiples controverses...

Prise de force et hypertrophie : faut-il faire une seule ou plusieurs séries par exercice ?
par Matthieu Delalandre

Musculation : une série unique pour de multiples controverses...

FAQ musculation pour le débutant : débuter en musculation

Tout ce qu'il faut savoir pour débuter rapidement en musculation : les réponses aux questions les plus fréquentes du débutant.
par Fabrice

FAQ musculation pour le débutant : débuter en musculation

La musculation pour les femmes : musculation au féminin

Tonification, musculation, cellulite, diététique : les réponses à toutes vos questions sur la musculation au féminin.
par Rudy

La musculation pour les femmes : musculation au féminin

Musculation pour les adolescents : musculation à l'adolescence

A quel age commencer la musculation, comment s'entraîner et exemple de programme d'entraînement.
par Rudy

Musculation pour les adolescents : musculation à l'adolescence

MATERIEL DE MUSCULATION


HBS

SuperPhysique Nutrition


mega creatine vertical (du 08/12 au 14/12)

A PROPOS DE NOUS

SuperPhysique est une communauté de passionnés de musculation et préparation physique sans dopage.

SuperPhysique est dédié à tous ceux qui travaillent dur, sans tricher, pour atteindre l'excellence physique.

Nos valeurs sont la progression, la performance, la persévérance et l'effort.

NOS VALEURS

© 2009-2017 SuperPhysique™ - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Création