L'EFFORT LE PLUS DIFFICILE A SURMONTER EN MUSCULATION

badge Street Sp

 

L'INFLUENCE DE L'ENTOURAGE

 

Au moment ou j'écris ces lignes (mi-décembre 2014) les fêtes de fin d'année me rappelent indirectement certains facteurs qui ont pour incidences des échecs que vous subissez aussi bien dans le sport, dans la vie professionnelle ou sentimentale. 

J'en viens donc aujourd'hui à vous rappeler quel est l'effort le plus difficile à faire en musculation. Selon vous est-ce l'entraînement ? la régularité ? la diète ? la disponibilité ? le mental ?
Ce n'est pourtant rien de tout ça. L'effort le plus difficile à surmonter est : "L'influence pesante est très souvent néfaste de votre entourage".
Bien que ce discours puisse paraître catégorique il n'est pas asocial, et il n'a pas pour vocation de vous transformer en hermite.

 


C'est difficile à concevoir je vous l'accorde, mais malheureusement c'est la réalité. Beaucoup des débutants que j'ai conseillé et que je continue d'aider ne réussissent pas à cause de personnes qui les entourent. 

J'en reviens à Noël, car on s'en aperçoit particulièrement pendant les fêtes où tout devient permis, plus rien n'a d'importance. Les amis, la famille tout le monde se retrouve à festoyer, à consommer, et c'est très bien ainsi. Je ne remets pas en cause nos pratiques ancestrales et traditionnelles, auxquelles j'adhère, en plus de les défendre.

C'est le moment de l'année pendant lequel vous revoyez du monde, où vous faites le point, et vous vous rendez compte que peu de personnes sont sorties de leur carcan : "métro-boulot-molo-dodo-alcoolo". Pour être franc, même si ça peu paraitre très catégorique, beaucoup ne souhaitent pas améliorer quoi que ce soit à cette routine et s'en conforte même très bien (tant mieux d'ailleurs le principal étant que chacun trouve son bonheur). La question que vous devez vous poser est celle-ci : "est-ce également vos objectifs?". Même si votre rythme correspond à celui du tout à chacun, n'avez-vous pas envie de vous enrichir, de voir au delà du lendemain. N'avez-vous pas envie de progresser physiquement, de connaître vos limites, de préserver et d'améliorer votre santé ?

Seulement voilà, il faut se rendre à l'évidence que 95% des gens ne font rien et n'ont aucune ambition (le pays nous contraint-il à un tel résultat au vu de l'actualité nous pouvons nous le demander). Je ne veux pas faire d'amalgame, je respecte ceux qui veulent vivre dans la simplicité et dans la satisfaction de ce qu'ils ont. Par contre pour nous qui voulons nous surpasser, penser se satisfaire ou "se contenter de..." est le pire raisonnement à avoir. Pour réussir il ne faut jamais avoir entière satisfaction de vos résultats, tout en gardant les pieds sur terre, mais il faut en vouloir.

Quand aller à la salle de sport vous semble plus "étrange" que de passer la nuit dans un bistro miteux avec vos ami(e)s, quand votre séance de cardio est repris en cœur à la première occasion par vos camarades de bar pour vous chambrer, quand chercher à vous former à une nouvelle activité est considéré comme une perte de temps par votre meilleur ami, quand lire un livre vous transforme en "moine".

Si vous êtes entouré de personnes qui préfèrent le "lever de coude" à la salle de sport, il est difficile (surtout pour les jeunes débutants) de voir ce qui est normal ou non de faire. Il faut voir au-delà des faux "repères" que la société essaye de nous imposer inconsciemment. C'est bien là toute la difficulté ! 
 


Qu'est il normal de faire ou ne pas faire ? 

Si tous vos proches se tatouent un portrait de Ben Laden sur le front, le feriez-vous ? 

Sans courage et sans volonté pour se détacher de la masse et pouvoir faire le point l'actualité nous démontre aujourd'hui que tout peut alors très vite devenir une banalité (harcèlementviolence gratuite, racisme, agression au couteau, trafic de drogue à la vue de tous). Réaliser qu'en fait vous êtes la seule personne a avoir pris la bonne décision et ne pas faire comme les autres nécessite beaucoup de force et de détachement.

Vous pouvez vivre ça pendant des années, et perdre un temps précieux que vous auriez pu mettre à profit différemment. Heureusement la réalité peut vite vous rattraper. Vous vous rendrez alors finalement compte d'être tout seul. Vous avez beau appartenir à la plus grande fratrie de bikers de votre région, le jour où vous serez contraint d'être opéré d'un problème de santé, quel qu’il soit vous serez seul à l'affronter. Seul a affronter vos faiblesses et vos peurs pendant que les autres continueront de faire la fête. Personne ne pourra surmonter ça à votre place. Il en est de même pour réussir vos investissements, personne ne prendra les bonnes décisions à votre place.

 

RÉALITÉ

 

Picoler et faire la fête tout le monde sait le faire, et nombreux sont ceux qui sont passés par là. Cela devient problématique quand ça sort d'un cadre raisonnable, et qu'il n'y a plus de limites. C'est difficile de se sortir d'un tel carcan, qui devient souvent "naturel" en répétant ces habitudes sur le long terme. Beaucoup des débutants que j'ai cotoyé l'on vécu et finissent épuisés. Ils se mettent à la musculation pour se ressaisir, car le corps et la tête ne suivent plus. Comment cumuler sorties et vie professionnelle quand les sorties s'accumulent 4 jours sur 7. Pourtant si vous ne réagissez pas, ce n'est pas vos camarades qui le feront. Une remise en question est nécessaire si vous ne voulez pas que votre vie se limite à ça : la banalité du commun des mortels.

Il est intéressant de noter que parfois certaines personnes commencent à s’entraîner quand elles voient leur meilleur ami changer physiquement, et vivre dans de meilleures conditions physiques. Toutefois avec l'expérience, je conviens qu'il est mieux de se motiver seul pour ne pas tomber dans une nouvelle routine qui dépendrait de la présence de votre ami de fonte pour réaliser votre séance. Pire encore si ce dernier vous entraîne à l'apéro à la fin de chaque entrainement.

Pour réussir à dépasser la moyenne, il faut avant tout vous battre contre vous-même et ne rien laisser aux autres. Devenez égoiste pour les bonnes raisons. C'est la seule méthode pour tenir la rigueur de l'entraînement et de la diète. Au contraire essayez de mettre à l'épreuve vos ami(e)s. Embarquez les dans votre nouvelle quête de la santé et du bien-être, mais en aucun cas vous devez reposer votre motivation sur eux. Combien de personnes j'ai vu arrêter car elles s'entraînaient uniquement accompagnées. Au moindre signe de faiblesse de l'un, l'autre tombait.
 

 

C'est comme vouloir faire du développé militaire entre deux chaises en faisant le grand écart, c'est un risque, vos fondations sont fragilisées, à la moindre variation, la moindre faiblesse tout s'écroule.

Quand je motive une personne à se prendre en main, mon premier conseil est de l'inciter à démarrer seul, de ne pas se fier à quelqu'un d'autre. Non par mépris, ou dénigrement de l'autre, mais par souci d'adopter la seule méthode viable. C'est quand vous avez trouvé la motivation de vous entraîner seul que tout devient évident et laisse apercevoir l'aspect naturel de l'entraînement et de la nutrition. Je suis convaincu que démarrer en binôme est la meilleure manière d'échouer.

 

 

MOT DE LA FIN

 

Faites avant tout ce qui vous rend heureux au quotidien, mais n'attendez surtout pas que quelqu'un vous tende la perche avec une solution miracle pour améliorer d'une façon ou d'une autre votre vie.

Réussir c'est réaliser progressivement ses désirs. Je pense qu'une personne a du succès à partir du moment ou elle commence à évoluer vers la réalisation d'un but qui lui tient à cœur.

Réussir ce n'est pas la finalité d'un projet ou le produit fini en lui-même, c'est le parcours qui mène à cette finalité. Un parcours semé d'embûches pendant lequel on s'améliore, on se surpasse, on s'adapte, pour essayer de continuer de vivre heureux.

Sans cracher sur nos valeurs, il faut savoir faire la part des choses pour continuer d'avancer en toute humanité sans se laisser happer par le faux reflet d'une société toujours plus chaotique, en perdition. De surcroit souvent alimentée par un entourage peu ambitieux, vivant dans une prison régie par de fausses habitudes sociales. Est-ce que pour autant ça fait de nous des personnes asociales ? Que veut encore dire asocial quand les normes sociales sont dénaturées et ne reflètent plus les bonnes valeurs ? 

 

 

RETROUVEZ TOUTE LA MÉTHODE PSYCHOLOGIQUE POUR PROGRESSER DANS LA MÉTHODE STREET :