Prise de muscle

LA PRISE DE MUSCLE SEC


Pour reprendre le terme le plus fréquemment utilisé : « Prendre du muscle sec » (sans prise de graisse), votre objectif doit être de légèrement augmenter votre apport calorique journalier afin de permettre la construction musculaire sans pour autant prendre du gras.

200 GRAMMES PAR SEMAINE EST UNE OPTIQUE TOUT À FAIT RÉALISTE. Au-delà vous allez certainement faire de la brioche.
Une prise de masse se qualifiant par 5 kg gagnés en un mois doit signifier un échec et rien d'autre. Il n'a jamais été question de courir après les kilos sur la balance. C'est un mythe. Plus vous prenez rapidement en mangeant n'importe quoi, plus vous deviendrez gros et gras sans pour autant être plus musclé.

Pour prendre du muscle, vous devez non seulement mettre en place une diète qui vous est adaptée, cf. Programme diététique de prise de masse, mais pas seulement, il faudra non seulement choisir des aliments sains et aussi mettre en place un programme d'entrainement vous permettant de progresser chaque semaine jusqu'à atteindre vos objectifs.

 

VOTRE DIÈTE


Trop souvent mis de côté au détriment de votre entrainement, la diète représente 50 % de votre réussite. Malgré un bon entraînement, comme on vous le propose sur SuperPhysique – Programme de musculation pour débutants ou Programme de musculation pour intermédiaires il est difficilement possible de gagner en force et en masse musculaire si aucun plan alimentaire n’est respecté.

Votre diète vous aidera non seulement a prendre du muscle, de la force mais elle empêchera surtout de ne faire que de la graisse ce que nous ne voulons pas ici. Elle est donc primordiale !

Pour prendre du muscle, vous devez privilégier les protéines en contrôlant minutieusement les glucides. En augmentant ou diminuant ces derniers vous pourrez jouer avec la prise ou la diminution de votre poids sur la balance. Il est donc nécessaire de peser tous vos aliments pour savoir exactement combien il vous faut de glucides pour maintenir votre poids de manière stable ou au contraire en prendre.
Le faire à l’œil viendrait à ne jamais être exact et vous finirez inévitablement par faire n’importe quoi.

Vous l’aurez compris si vous prenez du poids trop rapidement vous pourrez réagir en baissant vos quantités de glucides consommées, et vis-versa.
Evidemment ce n’est pas parce qu’on parle de prise de masse que vous pouvez vous laisser aller à manger tout et n’importe quoi. Plus vous serez sérieux, et plus vous réduirez les chances de devoir faire un régime en fin de cycle au point de pouvoir être en prise de masse toute l’année.

Rassurez-vous, cette tâche ne doit pas vous faire peur ou vous mettre la pression. Après des mois de pratique, la plupart des pratiquants intermédiaires se connaissent par coeur, la pesée devient accessoire, car la diète est devenue naturelle. On devient plus aguerris et ce qui était au préalable un effort devient un simple reflexe. Les pesées restent alors nécessaire lors de changements. 

C'est aussi pour ça que plus vous serez régulier dans ce que vous mangerez et plus cela sera simple. Manger tous les jours d'autres féculents devient très vite un casse-tête. Alors que manger tous les jours du riz ou des pâtes est très simple à calculer. Effectivement le pain, le riz, les petits pois, le pain de mie, les pommes de terre, etc... ne contiennent pas la même quantité de glucides. Il faudrait donc se reprendre à calculer le ratio à chaque nouveau repas. 
Pour faire bien, faites au plus simple.


LES BASES DE LA DIÉTÉTIQUE : LES PROTÉINES

Chaque aliment que nous consommons contient ce qu’on appelle des nutriments. Ces nutriments sont essentiels pour que notre organisme puisse fonctionner correctement.

Rudy Coia Coach sportifLes protéines, les glucides, les lipides ainsi que divers éléments (macro et micro) sont la raison d’être de la consommation d’un aliment en particulier.
Les protéines ou protides sont constitués de chaînes d’acides aminés plus ou moins longues (d’au moins 100 acides aminés/amino-acides), Il existe ainsi 8 acides aminés essentiels au stade adulte et 10 chez l’enfant.
Ce sont : la leucine, la valine, l’isoleucine, la lysine, la méthionine, la thréonine, le tryptophane et la phénylalanine, auxquels il faut rajouter l’histidine et l’arginine chez l’enfant. (Que l'on retrouve dans les Bcaa Xpress ou Bcaa Xplode)

Les protéines font donc partie des nutriments essentiels. Cela signifie que si nous n’en apportons pas par notre alimentation, elles ne peuvent être fabriquées à partir des autres nutriments. Cela est encore plus vrai pour les acides aminés essentiels que nous ne pouvons fabriquer à partir des acides aminés non essentiels (Voir notre article : BCAA - Acides aminés)
Il est bon de savoir que ces acides aminés essentiels sont les plus importants d’un point de vue musculaire. Il existe d’ailleurs de nombreux suppléments enrichis en AAE (acides aminés essentiels, EAA en anglais), voir de suppléments ne contenant que ça.

Outre la construction musculaire, les protéines sont la base de notre organisme. Ce n’est pas seulement nos muscles qui sont faits d’acides aminés mais aussi nos hormones, nos enzymes, nos anticorps…. De quoi ne pas oublier d’en manger.

 

COMBIEN DOIT-ON EN PRENDRE ?

La quantité de protéines que nous devons consommer est aussi un point important. Il s’agit d’une question qui revient perpétuellement. La consommation qui est de référence pour un individu sédentaire s’échelonne autour de 0,6 g à 0,8 g de protéine par kilogramme de poids de corps (attention, une viande n’est pas constituée à 100 % de protéines !). Cela peut sembler faible, car l’équivalent de 300 g de viande peut suffire à un individu de 75 kg d’après ces données théoriques.

Pour nous, culturistes amateurs naturels, la plupart des études donnent des chiffres allant de 1,6 g à 2,2 g par kilogramme de poids de corps. Ces chiffres ne sont là que pour nous donner des indications. Il ne s’agit pas d’imposer quoi que ce soit, sachant le facteur évolutif de la diète suivant les périodes dans lesquelles on se trouve (prise de masse, régime/sèche).

 


LES BASES DE LA DIETETIQUE : LES GLUCIDES

Le choix des glucides est aussi primordial, car il s’agit de notre carburant principal. Selon les moments, un type de glucides sera plus adapté qu’un autre. Un mauvais choix peut avoir des conséquences néfastes comme un stockage de graisses corporelles au niveau du ventre, une baisse de performance ou une moins bonne récupération.

CHOISIR SES GLUCIDES POUR LA PERFORMANCE

Avant de choisir nos glucides, nous devons savoir de quoi nous avons besoin. S’il s’agit de glucides en poudre c’est donc qu’ils ont une vocation première : être consommé lorsqu’il n’est pas possible de manger de vrais aliments solides.

Cela ne se produit que dans deux situations :

En collation parce que vous manquez de temps pour prendre un vrai repas.
Autour de l’entraînement et en particulier pendant l’entraînement parce qu’à ce moment le système digestif est au repos et que la digestion des aliments solides devient mauvaise.

En collation les glucides choisis doivent donc avant tout avoir un index glycémique bas ou modéré pour favoriser l’énergie disponible de longue durée et le stockage de l’énergie (le glycogène) dans les muscles. Ils ne doivent pas favoriser le stockage de masse grasse.

Pendant l’entraînement les glucides doivent être à IG élevés pour être facilement digestibles, pour pouvoir être immédiatement utilisés par les muscles et améliorer la performance, pour pouvoir maintenir la glycémie et ainsi empêcher la hausse du cortisol (une hormone catabolisante) et pour pouvoir ralentir la déplétion du glycogène musculaire et hépatique avec pour conséquence une accélération de la récupération et de la synthèse protéique après l’effort.

Autrement dit, il a été démontré que prendre des glucides adaptés pendant l’effort permet d’améliorer la production de force (augmentation du volume total de la séance), diminuer la sensation de fatigue, accélérer la récupération et maximiser les gains de masse musculaire à long terme.

- DEXTROSE/GLUCOSE
Le glucose (ou dextrose en Anglais) est le sucre simple le moins cher. Son IG est élevé, autour de 90. Il a une saveur un peu sucrée qui peut donner la nausée au cours de l’effort.
C’est un bon choix, à prendre uniquement pendant l’entraînement. A éviter pour les entraînements longs (au-delà d’1h/1h30) en raison de ballonnements possibles.

- MALTODEXTRINE
La maltodextrine est un assemblage de molécules de glucoses c’est donc un polysaccharide. Son IG est très élevé, autour de 95. Sa saveur est peu sucrée. Il provoque rarement des ballonnements. La maltodextrine possède souvent un D.E (dextrose équivalent). Il s’agit en fait d’un pourcentage de glucose car la maltodextrine contient des assemblages de glucose, de différentes tailles. Cette information a peu d’importance et il n’existe pas de maltodextrine à IG bas.


LES BASES DE LA DIÉTÉTIQUE : LES LIPIDES

Les lipides sont constitués de chaînes d’acides gras ou de dérivés. Les acides gras se différencient par leur nombre d’atomes de carbone, leur saturation en hydrogène ainsi que leurs liaisons carbonées.

Ainsi, nous pouvons distinguer :

• Les acides gras saturés
• Les acides gras mono-insaturés
• Les acides gras poly-insaturés

Longtemps diabolisés, les acides gras saturés ne sont pas forcément de mauvaises graisses. Seulement, consommées en excès, celles-ci peuvent avoir de nombreux effets délétères comme une augmentation de la résistance à l’insuline ou une diminution de la lipolyse (utilisation des graisses pour fournir de l’énergie).

Par rapport aux autres catégories d’acides gras, ceux-ci sont plus stables et s’oxydent donc moins facilement à la chaleur. Malgré le fait que ces acides gras entrent dans la composition de nos membranes cellulaires, environ à hauteur de 50 %, on ne les considère pas comme “essentiels” car notre organisme est capable de les produire seul, notamment à partir des glucides et particulièrement lorsque l’apport énergétique est élevé.

Les acides gras mono-insaturés, quant à eux, sont plutôt généralement considérés comme bénéfiques du point de vue de la santé ou au moins sans danger lorsque consommés en quantité raisonnable. Leur principal représentant est l’acide oléique, souvent appelé oméga-9, qu’on retrouve en grande quantité dans l’huile d’olive. Cette dernière pourrait avoir des effets bénéfiques variés, que ce soit sur le risque de certains cancers, la santé cardiovasculaire ou l’ulcère de l’estomac.

Les acides gras poly-insaturés sont des acides gras essentiels. Comme pour les acides aminés, cela veut dire qu’un apport alimentaire est nécessaire. Ce sont les fameux oméga-3 et oméga-6. On leur attribue nombre de vertus comme un moindre risque de cancers, de maladies cardiovasculaires, de problèmes psychiques ou articulaires, une facilité à perdre de la graisse corporelle ou dans la construction musculaire…

 

EXEMPLE DE PRISE DE MASSE + COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

 

Il s’agit d’un exemple d’une prise de masse à adapter suivant votre métabolisme, vos activités, vos goûts…

Les aliments sont donc remplaçables, les quantités sont à adapter à la hausse comme à la baisse.

Notez que l’apport calorique en terme de protéines et de glucides est concentré autour de l’entraînement. Il s’agit du moment le plus important de votre journée.

Si vous ne vous entraînez pas, réduisez la quantité de riz le soir.

  • Matin : 8h

150 g d'avoine en poudre
300 g de fromage blanc à 20 %
2 œufs à la coque
2 capsules de NuMove
1 capsule de Mega créatine
2 comprimés de NuPower

  • Collation : 10h30

80 g de Mammoth Mass (si vous avez des difficultés à prendre du poids) OU
120 g de viande ou poisson OU
30 g de 
100% Whey Protein Professional dilués dans de l’eau

20 g d’amandes

  • Midi : 13 h

150 g de steak à 5 % de matière grasse
120 g de pâtes pesés avant cuisson
200 g de brocolis
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 capsule de Mega créatine
2 comprimés de NuPower

  • Collation : 16h

80 g de Mammoth Mass (si vous avez des difficultés à prendre du poids) OU
120 g de viande ou poisson OU
30 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans de l’eau
20 g d’amandes

  • Avant entraînement – 30 min avant (à boire progressivement pendant ces 30 minutes) : 18h

20 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau
30 g de Carbo-Nox

  • Pendant entraînement

50 g de Vitargo

  • Après entraînement – 10min avant la fin (à boire progressivement pendant ces 10 minutes)

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans de l’eau

  • Soir : 20h – une heure maximum après l’entraînement

100 g de colin
2 œufs au plat
150 g de riz pesés avant cuisson
200 g d’haricots verts
2 capsules de NuMove
1 capsule de Mega créatine

  • Avant de dormir : 23h30

250 g de fromage blanc à 0% OU 30 g de 100% Casein Complex dilués dans de l’eau
3 capsules d’Omega 3

 

Note : la supplémentation indiquée ici est optimale, mais suppose un certain budget.
En priorité, privilégiez 100% Whey Protein Professional et Mega créatine.

 

LES CONSEILS DE SUPERPHYSIQUE



Votre prise de masse doit essentiellement se baser sur des aliments sains. Rien ne vous empêche de faire des écarts de temps en temps comme de manger une pizza, mais la plupart du temps, vous devez vous concentrer sur les bons aliments comme les céréales, la viande, les œufs, les féculents, les légumes…

ALIMENTS A PRIVILÉGIER :

- Protéines : Viandes blanches, poisson, viande rouge maigre, fromage blanc, œufs, protéines en poudre
Glucides : Légumineuse, pomme de terre, patates douces, quinoa, pâtes, pain complet ou semi-complet, flocons d’avoine, sarrasin, riz basmati.

• Si vous ne mangez pas suffisamment lors de vos 3 principaux repas, ajoutez des collations à 10 h et 16 h pour compléter votre apport calorique. Vous pouvez alors prendre une collation de Whey à ce moment-là de la journée, ou prendre une barre de protéines au bureau.

• Manger suffisamment de fruits et légumes. Source majeure de potassium, de vitamines, de minéraux. Les fruits et les légumes sont importants pour préserver votre santé.

• Evitez de manger des glucides le soir avant le coucher (pour éviter de faire du gras) / Sauf si vous n’avez pas d’autres choix.

• Contentez-vous de seulement 100 à 200 Kcalories à rajouter à votre régime pour grossir.

• N’oubliez pas de conserver vos acides gras essentiels comme les Oméga-3 ainsi que vos diverses sources de protéines toujours à hauteur minimale de 1,6 g de protéines par kg de poids de corps (sources animales).

• Boire suffisamment d’eau pendant la journée. Pensez à vous hydrater pendant l’effort !

• Référez-vous à notre Programme diététique de prise de masse.


 

EXEMPLES D'ENTRAÎNEMENTS  Voir notre article : Comment se constituer un programme d'entraînement 

 



EXEMPLE D'ENTRAÎNEMENT SPLIT EN SALLE SUR 3 JOURS PAR SEMAINE 

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Traction à la poulie haute nuque : 4 séries de 8-12 répétitions
Rowing à la T-bar : 4 séries de 8-12 répétitions
Rowing à un bras avec haltère : 3 séries de 8-12 répétitions (1 minute de repos entre chaque bras)

Rowing assis à la machine coudes ouverts : 4 séries de 8-12 répétitions
L-Fly assis à la poulie basse : 4 séries de 15-20 répétitions

Développé couché prise serrée : 4 séries de 8-12 répétitions
Barre au front : 4 séries de 8-12 répétitions

Gainage abdominal : 4 séries de 1 min

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau
streetposing

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Presse à cuisses : 4 séries de 8-12 répétitions
Fentes à la Smith machine : 4 séries de 10-15 répétitions

Leg curl assis : 4 séries de 8-12 répétitions
Extension au banc à lombaires à 45° : 4 séries de 10-15 répétitions

Mollets à la presse à cuisses : 4 séries de 10-15 répétitions

Crunch : 4 séries de 1 min
Enroulement de bassin : 4 séries de max de répétitions

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Développé couché : 4 séries de 8-12 répétitions
Écarté incliné : 3 séries de 10-15 répétitions
Pull over en travers d’un banc : 3 séries de 15-20 répétitions

Élévation latérale avec haltères : 4 séries de 10-15 répétitions
Développé Arnold : 4 séries de 10-15 répétitions

Curl incliné : 3 séries de 8-12 répétitions
Curl pupitre à un bras : 4 séries de 8-12 répétitions (une minute de repos entre chaque bras)

Gainage obliques : 4 séries de 1 min

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau



EXEMPLE D'ENTRAÎNEMENT SPLIT A DOMICILE SUR 3 JOURS PAR SEMAINE 

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Traction à la barre fixe supination : 4 séries (lestées si besoin) de 8-12 répétitions
Rowing à un bras avec haltère : 3 séries de 8-12 répétitions (1 minute de repos entre chaque bras)
Rowing 45° à la barre en pronation prise large : 4 séries de 8-12 répétitions

Oiseau avec haltères : 4 séries de 10-15 répétitions
L-Fly avec haltère : 4 séries de 15-20 répétitions

Développé couché prise serrée : 4 séries de 8-12 répétitions
Barre au front : 4 séries de 8-12 répétitions

Gainage abdominal : 4 séries de 1 min

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Squat [arrière] : 4 séries de 8-12 répétitions

Fentes avec haltères : 3 séries de 10-15 répétitions

Soulevé de terre jambes tendues : 4 séries de 8-12 répétitions

Mollets debout à une jambe : 4 séries de 10-15 répétitions

Crunch : 4 séries de 1 min
Enroulement de bassin suspendu : 4 séries de max de répétitions

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau

5 minutes d’échauffement avec mobilisations articulaires

Développé couché : 4 séries de 8-12 répétitions
Écarté incliné : 3 séries de 10-15 répétitions
Pull over en travers d’un banc : 3 séries de 15-20 répétitions

Élévation latérale avec haltères : 4 séries de 10-15 répétitions
Développé Arnold : 4 séries de 10-15 répétitions

Curl incliné : 3 séries de 8-12 répétitions
Curl au pupitre à un bras : 4 séries de 8-12 répétitions (une minute de repos entre chaque bras)

Gainage obliques : 4 séries de 1 min

5 minutes d’étirements

40 g de 100% Whey Protein Professional dilués dans l’eau

 

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin et se constituer un programme de musculation de A à Z, je vous invite vivement à lire notre article : COMMENT SE CONSTITUER UN PROGRAMME D’ENTRAÎNEMENT ?

 

LA RÉCUPÉRATION - PRENEZ DU MUSCLE EN VOUS REPOSANT

 

Quand on débute, on croit que plus l’on s’entraîne, plus l’on va progresser. Que plus on va faire de séries, d’exercices, mieux cela va être pour nos muscles. Mais on est vite rattrapé par la réalité !
Notre corps, nos muscles ont besoin de repos pour progresser, pour grossir, pour prendre de la force.

Même si en théorie, plus l’on s’entraîne fréquemment, plus l’on doit progresser, nous savons que cela ne reste que théorique comme l’adage que nous avons récemment démonté : plus l’on s’entraîne dur, plus l’on progresse : Musculation : faut-il aller à l’échec et forcer à chaque série ?

En effet, nos “muscles” surcompensent, grossissent pendant le repos (nous verrons ce que veut dire ce terme plus bas).
Dans cet article en deux parties, nous tâcherons de répondre à la plupart des questions que l’on peut se poser sur la récupération :
Qu’est-ce que récupérer ? Le repos complet fait-il du bien ? Comment accélérer sa récupération pour progresser plus rapidement ? Quand ré-entraîner un même muscle : la fréquence idéale ? Mais récupérer, c’est quoi ? 

Récupérer : c’est revenir au niveau où l’on était avant séance mais ce n’est pas ce qui nous intéresse. Nous, ce que nous voulons, c’est progresser et c’est ce qu’on appelle la surcompensation.

  • Le système énergétique

Nous devons déjà récupérer entre les séries (expliqué dans l’article Combien de temps de repos faut-il prendre entre chaque série ?) et après la séance.

En effet, pendant notre entraînement, nous dégradons des substrats énergétiques en partie comblés par les stratégies nutritionnelles que nous recommandons et dont nous reparlerons plus bas mais il est très rare que cela suffise à ne pas dégrader nos réserves de glycogène et de créatine phosphate.

Ainsi, il faut entre 24 et 48 h pour refaire ses stocks de glycogène. Pour vous donner une idée et contrôler ce paramètre, si après votre entraînement, vous n’êtes pas plus gonflé des muscles travaillés 1 à 2 jours après, c’est que vous n’avez pas mangé assez de glucides (si vous êtes au régime, c’est normal) et vous devez donc manger plus pour mieux récupérer.

  • Le système immunitaire

L’entraînement est perçu comme une “agression”.

C’est pourquoi par exemple après un entraînement comme celui des cuisses s’il a été particulièrement intense, vous pouvez vous sentir très mal et n’être plus bon qu’à aller vous coucher ! 

Vous êtes également plus sensible aux infections, aux microbes après vos entraînements, raison de plus pour bien vous couvrir après.

  • Le système hormonal

Lorsque l’on s’entraîne, nous sécrétons, nous produisons plus d’hormones qu’à l’accoutumée que ce soit de l’IGF-1, de l’hormone de croissance, de la testostérone… ce qui fatigue notre système hormonal.

L’exemple le plus flagrant et le plus contrôlable est le taux de testostérone qui peut aussi bien s’effondrer suite à un entraînement trop long ou alors augmenter suite à un entraînement, une diète, et un sommeil de qualité. Ainsi, on peut vite sentir si l’on en fait trop et que l’on approche du surentraînement.

Par exemple, avoir un manque de motivation, être sans arrêt fatigué, ne plus avoir envie de sexe sont des signes d’une baisse du taux de testostérone.

  • Les articulations

Ce n’est un mystère pour personne que lorsque l’on s’entraîne, nous mettons à mal nos articulations même si nous nous entraînons en fonction de notre morphologie (voir nos programmes de musculation Super) et que nous faisons tous nos exercices correctement.

Ainsi, nos tendons et nos os se renforcent sous l’effet de l’entraînement si nous leur laissons le temps de récupérer et de surcompenser. Au contraire, si nous nous ré-entraînons trop rapidement, ils n’en ont pas le temps.

  • Les muscles

C’est sans doute le plus logique pour vous. Nos muscles doivent récupérer de nos efforts qui nous laissent parfois des courbatures (cf. Les courbatures : amies ou ennemies du culturiste ?).

  • Le système nerveux

Suite à notre article Musculation : faut-il aller à l’échec et forcer à chaque série ?, vous savez déjà comment nous fatiguons notre système nerveux et le temps nécessaire à sa récupération si nos efforts sont trop intenses.

N’oublions pas également deux autres “systèmes” dont nous n’avons pas parlé et qui sont cités dans l’excellent : à savoir la récupération hydrique (boire de l’eau afin de reconstituer celle perdue pendant l’entraînement) et la récupération micronutritionnelle (par exemple, compenser les pertes de sodium dues à la transpiration).

Maintenant que vous avez conscience de tous les systèmes qui doivent récupérer, vous comprenez certainement qu’il n’est pas très logique de laisser le hasard décider de notre récupération.



 

LES SUPPLÉMENTS CONSEILLÉS PAR SUPERPHYSIQUE



Pour progresser à l’entrainement et progresser physiquement, nous vous proposons ci-dessous une liste de produits, de base, non exhaustive, qui doit évidemment être adaptée à chacun :

A PRENDRE TOUTE L’ANNÉE :

Creatine Creapure

 (Gain de force et de muscle)

Bcaa Xplode

de Olimp Nutrition (Améliorer sa récupération)

Omega3 de Scitec

(Pour la récupération de votre système nerveux)

night recoveryNight Recovery

(Améliorer votre sommeil, à base de plantes)

 



A PRENDRE AVANT ET PENDANT L’ENTRAINEMENT :

Hot Blood de Scitec

 (Meilleure congestion)

Pure Force de Full Force

(Pour annihiler tout état de fatigue pendant l’entrainement)

Carbonox de Olimp Nutrition

 (Préserver vos ressources énergétiques pendant l'effort)

HC 12 Rounds Intra Wo de Scitec Nutrition 

(Plus d'énergie pendant l'effort, lutter contre la fatigue et les brûlures musculaires)

 


POUR LA SANTE :

nupowerNu-POWER

 (Multi Vitamines)

glucosamineGlucosamine

(Prenez soin de vos articulations)

L-Glutamine 

(Récupération du système immunitaire)


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :